Quartier d’affaires international Archipel, Strasbourg

Immeuble tertiaire

Lieu : Quartier d’affaires International Archipel, îlot B Boulevard de Dresde, Strasbourg, Bas-Rhin / Maître d'ouvrage : ARTEA / Maître d'œuvre : Claude Denu & Christian Paradon, architectes / Catherine Weckmann, chef de projet / BET : CTE, Cyberfluides / Programme : Construction de deux immeubles de bureaux R+7 comprenant espaces communs de coworking, bibliothèque, bureaux privatisables, salles de réunion et de séminaire, services partagés et espaces de convivialité du coliving : salon, home cinéma, salle de jeux, salle de gymnastique. Cowork Café, food-court de 600 m² de surface de vente. Restaurant, bar, jardin d’hiver, terrasse. Serre horticole de 145 m² offrant trois niveaux de culture. Espaces événementiels privatisables, espaces de livraison et de stockage, locaux techniques, locaux vélos. Performance énergétique RT 2012 -38 %. Parking en sous-sol 57 places / Superficie : 7 867 m² SU / Coût : 18 M€ / Calendrier : Projet 2019

Au cœur du Quartier d’affaires international Archipel à Strasbourg, cet immeuble de bureaux abrite un programme novateur s’appuyant sur la mixité. Symbiose entre le coworking, le coliving, la restauration et l’évènementiel, répondant à l’évolution de notre société, le programme recèle de forts potentiels de diversité et d’attractivité. L’accent est mis sur l’interaction d’activités complémentaires telles que le travail, l’hébergement, la restauration, le commerce de bouche, l’agriculture urbaine et les manifestations diverses, pour créer une dynamique ouverte sur le quartier d’affaires. L’îlot comporte deux immeubles tertiaires reliés par un rez-de-chaussée formant socle de l’ensemble, accueillant un food-court ouvert sur l’espace public et contribuant à la qualité de vie du quartier. La toiture végétalisée du socle offre des espaces plantés destinés à la détente et favorise la gestion des eaux pluviales, le confort d’été et l’isolation acoustique. Le projet offre un spectaculaire couronnement : une serre horticole placée sur le toit signale de manière manifeste la fonction d’agriculture urbaine, en complémentarité avec la halle gourmande où seront utilisés ou vendus ses produits. Dans une vitrine urbaine haute de 10 mètres, la serre dispose trois niveaux de bacs dédiés à la culture potagère, aux petits fruits ou aux plantes aromatiques…